Il était une fois… Aretha Franklin

aretha

Aujourd’hui je vais vous parler de Miss Aretha Franklin, la seule et unique QUEEN OF SOUL ! Pourquoi ? Parce que j’en ai marre d’entendre dire « comment ça « Respect »/ »Son Of A Preacher Man » c’est une reprise », « son meilleur titre c’est « Think » » (ok, ça c’est purement subjectif, mais on y reviendra), « c’est elle Jennifer Hudson dans Dreamgirls ? » et j’en passe…

Je ne vais pas vous faire son état civil il y a Wikipedia pour rentrer dans tous les détails mais dans les grandes lignes, Aretha Louise Franklin est née le le 25 mars 1942 à Memphis et grandit majoritairement à Détroit. Fille de pasteur et de joueuse de piano, Aretha a bien sûr commencé par chanter à l’église. Sa mère est morte lorsqu’elle avait 9 ans et elle a été majoritairement élevée par sa grand-mère et Mahalia Jackson (la plus grande chanteuse de gospel ever !)

Voilà pour un tout petit peu de biographie. Revenons-en à Aretha, la queen of soul… et pas que !

C’est à ces 14 ans (en 1956) que son père aide Aretha à signer son premier contrat avec un label de gospel principalement, JVB Records, et à sortir son premier album Songs Of Faith. Les choses deviennent plus concrètes lorsqu’à ses 18 ans, Aretha arrive à convaincre son père de la laisser suivre Sam Cooke pour apprendre. La légende veut que leur relation ait été plus que professionnelle « mais cela ne nous regarde pas ».

La légende musicale d’Aretha commence lorsqu’elle signe avec Columbia (alors que son père refuse l’offre de Berry Gordy chez Motown les considérant trop petit) et débute avec Aretha: With The Ray Bryant Combo et le magnifique « Today I Sing The Blues » en 1961. Parce qu’au-delà d’être soul ou gospel, Aretha est aussi blues comme le prouveront les albums Aretha Sings the Blues (1980) ou encore The Delta Meets Detroit: Aretha’s Blues (1998). Il est impossible de cantonner Aretha à la soul. Impossible. Comme le prouve d’ailleurs les 2 albums qui ont suivi : The Electrifying Aretha Franklin et The Tender, the Moving, the Swinging Aretha Franklin, beaucoup plus jazzy.

A partir de 1964, hormis un album hommage à Dinah Washington, Unforgettable: A Tribute to Dinah Washington, Aretha a été un peu plus pop (pour l’époque).

Il faudra attendre 1967, la signature chez Atlantic et les studios de Muscle Shoals, Alabama pour qu’Aretha ait enfin son premier album certifié disque d’or et un énorme succès commercial. On dira merci à I Never Loved a Man (The Way I Love You). Sur cet album, on retrouve l’un des titres le plus célèbres d’Aretha, « Respect ». Et là, je mets pause, sortez les stylos. Flashback.

En août 1965, Otis Redding publie le titre « Respect » (avec en face B « Ole Man Trouble ») que l’on retrouve sur Otis Blue (album que vous devez avoir écouté au moins une fois dans votre vie). Il y a 2 versions sur l’origine de ce titre :

  • Version 1 : Selon le batteur d’Otis Redding, Al Jackson Jr, Otis Redding aurait écrit ce titre à la suie d’une conversation qu’il auraient eu lors d’une session d’enregistrement.
  • Version 2 : Selon Earl « Speedo » Sims, ami d’Otis et tour manager, ce serait une chanson de son groupe qu’Otis aurait réécrite et enregistré dans les studios de Stax.

Quelle est la vraie version, on ne le saura sûrement jamais mais peu importe. Aretha enregistra donc sa version au FAME Studio à Muscle Shoals, lieu de naissance de Stax (label donc d’Otis). Aretha est d’ailleurs à l’époque d’Atlantic de Jerry Wexler, la seule artiste  Atlantic n’ayant pas pu (pour des raisons que j’ignore) enregistrer au Studio de Stax (Wilson Pickett par exemple lui a pu).

Voilà on repose les stylos. Je continue donc.
I Never loved A Man est donc le premier grand succès d’Aretha. Le premier d’une longue liste : Lady Soul et Aretha Now en 1968 sont aussi disque d’or. Soul ’69, This Girl’s in Love with You, Spirit in the Dark cartonnent dans les charts néanmoins sans atteindre le score des précédents.

Le 28 juin 1968, Aretha est la 4eme femme afro-américaine à faire la couverture du Time Magazine

En 1971, Aretha Franklin devient la première artiste Rythmn & Blues à se produire au Fillmore West, et le magnifique album live qui en a découlé est là pour le témoigner. En 1972, elle repart vers ses origines gospel avec Amazing Grace, un album live et son meilleur album gospel (à mes yeux) !

La fin des années 70 est un peu moins fructueuse à l’exception de Sparkle en 1976, écrit et produit par Curtis Mayfield, bande originale du film. Pareil dans les années 80 où il faudra attendre Jump To It et Who’s Zoomin’ Who?(1985), le premier album disque de platine d’Aretha !

En 1987, Aretha Franklin est la 1ere femme à faire son entrée au Rock & Roll Hall Of Fame.

Aretha sort 3 autres albums dans les années 80 dont Aretha, son avant-dernier disque d’or. Son disque d’or le plus récent date de 1998 avec A Rose Is Still A Rose où l’on retrouve dans les crédits Lauryn Hill, Puff Daddy (à l’époque), Kelly price, Jermaine, Dupri…
A l’heure d’aujourd’hui, Aretha est signée chez RCA et travaille sur un nouvel album avec Babyface et Danger Mouse. Son 39 eme album studio !

Car à l’heure d’aujourd’hui, Aretha Franklin, c’est 38 albums studio, 6 albums live, 47 compilations et 131 singles !

Les meilleurs titres d’Aretha (qui n’engagent que moi)

First Snow in Kokomo – Young, Gifted and Black, 1972

“Sweet Bitter Love” – Sweet Bitter Love, 1970

“Ain’t No Way” – Lady Soul, 1968

Et la meilleure reprise qu’Aretha ait faite n’est ni « Respect », ni « Son Of A Preacher Man » (même si je la sur-adore celle là), ni « I Say a Little Prayer » mais « Bridge Over Troubled Water « .

Anecdotes :

  • Les chœurs sur la version studio de « Ain’t No Way’ » sont assurés par Cissy Houston, son amie et mère de feu Whithney Houston
  • Le magazine Rolling Stone la place au premier rang, dans sa liste des meilleurs chanteurs/chanteuses de tous les temps.
  • Ce serait « Think » qui aurait donné à Jean-Jacques Goldman l’envie de devenir chanteur. Je ne sais plus où je l’ai lu. Internet doit avoir ça pour vous.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s